De l’après-guerre à aujourd’hui : les évolutions de la mode pour les femmes

0
37

Telle qu’elle est à l’heure actuelle, la mode n’a rien avoir avec celle du passé et notamment après la Seconde Guerre mondiale. Il a fallu un peu de temps avant que les femmes puissent exprimer leur beauté avec des vêtements. Re(vivez) l’évolution de l’industrie du textile à travers cet article.

Après 1945, les femmes redécouvrent la mode et le plaisir de s’habiller plus légèrement

Aussitôt la période de guerre finit, les demoiselles ont l’envie de changement, de renouveau en terme vestimentaire. La vie étant loin d’être rose auparavant, elles veulent profiter de ces moments d’euphorie pour s’habiller autrement. Avec la présence de nombreux soldats américains sur le sol français, les tendances mode femme se sont d’abord déteintes sur les Américains. C’est d’ailleurs à ce moment que le mot « fashion » est apparu sur nos terres, où il correspondait dans un premier temps à avoir son propre style.

Quelques années plus tard, certains incontournables ont fait leur apparition… Comme le bikini, que toutes les femmes possèdent à l’heure d’aujourd’hui. Encore méconnu du grand public au milieu de XXe siècle, il est arrivé comme le symbole de la liberté féminine. Par la suite, place au jean importé des États-Unis de faire un ravage sur le territoire.

Depuis les années 2000, la mode ne cesse d’innover

Au fur et à mesure du temps, l’industrie du textile à continuer de prendre de l’ampleur jusqu’à en devenir indispensable aujourd’hui. Les créateurs se faisant de plus en plus nombreux sur le marché, tout comme les enseignes de mode, les produits peuvent atteindre des sommes assez maigres, comparés aux décennies précédentes.

Ces derniers atteignent parfois des prix exorbitants, le marché de luxe faisant rage chez certaines enseignes et personnes. Des pièces uniques sont parfois très demandées par des millionnaires du monde entier.

À l’heure actuelle, en 2019, les vêtements féminins deviennent plus souples et surtout utilisent moins de tissu qu’auparavant. Les fourrures animales disparaissent peu à peu, pour le plus grand bonheur des associations de protections animales. De nouvelles matières, plus légères, font leur apparition et les modes de vie changent : les vêtements ont une durée de vite plus courte. Dès que quelque chose ne nous plaît plus, cela finit à la poubelle ou bien dans les mains d’associations. Les enseignes ont bien compris qu’en proposant régulièrement de la nouveauté, les clients reviendraient acheter plus souvent chez eux.